Hommage à Umberto Eco

L’association internationale de sémiotique visuelle (AISV) rend hommage à Umberto Eco. Vous trouverez ci-joint le texte rédigé par Göran Sonesson, président de l’AISV.

Des hommages peuvent être déposés sur le site de l’AISV : https://aisviavs.wordpress.com/blog/

Capture d’écran 2016-02-23 à 12.50.20

 

Advertisements

Vient de paraître: Le Défi Charlie

Les médias à l’épreuve des attentats

Sous la direction de Pierre Lefébure et Claire Sécail

« Je suis Charlie »… Du 7 au 9 janvier 2015, la France a basculé dans la tragédie et une nouvelle ère politique et sociétale.

Après l’effroi sont venus les temps de la communion, mais aussi des débats tout azimuts : liberté de la presse, droit au blasphème, place spécifique de l’islam, théories du complot (liste non exhaustive). Un an après cet événement inouï, des chercheurs (historiens, sociologues, politistes) explorent toutes les facettes médiatiques de cette tragédie qui endeuille toujours et marquera plus longtemps encore le pays. En étudiant le traitement à chaud des médias, le lecteur découvre et réfléchit sur la sidération, la communion et la colère d’une société.

TABLE DES MATIÈRES

Pierre Lefébure et Claire Sécail – Introduction

LE TEMPS DE L’ATTAQUE

Katharina Niemeyer – Les Unes internationales du 8 janvier 2015. Entre uniformité et singularité

Pierre Lefébure – Rire malgré tout. Comment les humoristes d’actualité font face au choc

Pierre-Emmanuel Guigo – L’étoffe présidentielle à l’épreuve. La communication de F. Hollande pendant les attentats

LE TEMPS DE LA MARCHE

Claire Sécail – L’Histoire en marche (républicaine). L’information continue et « l’esprit du 11 janvier »

Maëlle Bazin – L’énonciation d’un deuil national. Usages de « Je suis Charlie » dans les écritures urbaines

Romain Badouard – « Je ne suis pas Charlie ». Pluralité des prises de paroles sur le web et les réseaux sociaux

Joël Gombin, Bérénice Mariau et Gaël Villeneuve – Le web politique au lendemain des attentats de Charlie

LE TEMPS DU DÉBAT

Christian Delporte – Dessin de presse. Limites et atteintes à la liberté d’expression (XXe-XXIe siècles)

Pierre Lefébure et Claire Sécail – La critique des publics. Les courriers du médiateur de l’information de France 2

Timothée Deldicque – Le rôle des « philosophes médiatiques ». Construction symbolique des événements

Pierre Lefébure, Katharina Niemeyer et Claire Sécail – Magnitude Charlie : un défi pour les sciences sociales

Postface – Bibliographie complémentaire – Contributeurs

Genre : essai
Parution le 18 janvier 2016
384 pages, 16 €

Vient de paraître: Analyser les discours publicitaires

Capture d’écran 2015-10-30 à 13.01.02

Ce manuel apporte une vision interdisciplinaire (analyse du discours, sémiotique et sociologie) sur les discours publicitaires, nécessaire à leur analyse. Il  traite de leurs évolutions contemporaines et de leurs liens avec la culture et la société. L’auteur s’appuie sur de nombreuses analyses concrètes de publicités sur différents supports (affichage, presse, radio, cinéma, télévision, internet). Il permet ainsi aux étudiants de comprendre les spécificités complexes et multiples des discours publicitaires pour pouvoir produire des analyses conceptuellement et méthodiquement bien étayées qui leur sont demandées aux examens et concours de la filière.

Vient de paraître: Principia semiotica – Aux sources du sens

Groupe µ

http://www.lesimpressionsnouvelles.com/catalogue/principia-semiotica-aux-sources-du-sens/

Les Impressions nouvelles, 2015, 596 pages, 28 €

EAN 9782874493065, ISBN : 978-2-87449-306-5

Diffusion-distribution : Harmonia Mundi

Parution : 1er octobre 2015

Les théories de la signification sont nombreuses. Mais aucune n’affronte la question de savoir comment et pourquoi nait le sens.

Paraphrasant la formule célèbre de Leibniz, les Principia semiotica du Groupe μ répondent à la question « Pourquoi y a-t-il du sens plutôt que rien ? » Rompus à l’interdisciplinarité, les auteurs de ce collectif se fondent pour cela sur les récentes avancées des sciences du langage et de la communication, et sur ce que les sciences cognitives ont permis d’engranger au cours des trente dernières années.

Ils peuvent ainsi démontrer que le sens est toujours issu de l’expérience multisensorielle d’un sujet et qu’il retourne au monde via l’action ; que les mécanismes régissant la formation du sens sont en nombre limité ; et que si l’univers du sens englobe les symboliques humaines les plus sophistiquées, il s’étend aussi à tout le règne du vivant.

Cette synthèse audacieuse permet d’ordonner dans un cadre unifié des phénomènes apparemment aussi divers que les langues, l’interprétation des images, la communication animale, l’invention de l’outil, etc. Elle apporte une réponse rigoureuse à des questions philosophiques brulantes et, surtout, propose une nouvelle alliance entre sciences humaines et sciences de la vie.

Basé à l’Université de Liège (Belgique), le Groupe μ poursuit depuis plus de quarante ans des travaux interdisciplinaires en rhétorique, en sémiotique et en théorie de la communication, linguistique ou visuelle. Qu’il s’agisse de Rhétorique générale, un classique traduit en une vingtaine de langues et salué par la revue Sciences humaines comme un des livres marquants du XXe siècle (1970) ou du Traité du signe visuel (1992), qui a refondé la théorie de l’image, ses travaux signés collectivement ont tous constitué des avancées décisives pour les sciences de la pensée.

VALEURS – Aux fondements de la sémiotique

Sous la direction d’Amir Biglari
Du sens LINGUISTIQUE
lien: http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47994
Fruit du travail de chercheurs venus d’une quinzaine de pays, les trente-deux articles ici réunis proposent tout d’abord une réflexion conceptuelle et une mise au point sur la question de la valeur au sein de la théorie sémiotique. Ensuite, ils contribuent à une évaluation de l’efficacité heuristique de celle-ci à travers l’analyse de nombreux corpus relevant de différents domaines… Enfin, ils esquissent de nouvelles pistes vers des études culturelles et des projets interdisciplinaires.

SÉMIOTISER L’ESPACE – décrypter architecture & archéologie

SÉMIOTISER L’ESPACE

décrypter architecture & archéologie

par Manar HAMMAD

Présentation de l’ouvrage

Les huit articles du présent recueil s’inscrivent à la suite de ceux qui forment le volume Lire l’espace, comprendre l’architecture publié en 2006. À l’instar de son prédécesseur, l’ouvrage actuel est organisé selon une démarche persuasive et didactique : les concepts y sont introduits et développés de manière progressive, tant pour assurer la clarté de l’exposé que pour en faciliter l’utilisation dans l’enseignement.

Une attention particulière a été accordée aux perspectives épistémiques adoptées, à la méthode et aux concepts descriptifs mis en œuvre. Afin d’éviter les errements potentiels de constructions théoriques hypothétiques, chaque étude s’appuie sur un corpus spatial précis. Avec la variété des données considérées, nous avons étendu le champ d’application. À chaque fois, les analyses ont été déployées sur les trois niveaux nécessaires au travail scientifique : la description de l’objet, la méthode régulant la description, et la discussion épistémologique régissant le niveau méthodologique.

En intitulant ce recueil Sémiotiser l’espace, nous avons voulu attirer l’attention sur le processus dynamique de construction du sens par l’analyste : le contenu qu’il identifie dépend de sa compétence analytique, et la complexité de ce qu’il trouve est fonction des outils qu’il met en œuvre. Simultanément, nous attirons l’attention sur le caractère novateur de la démarche qui est ici récapitulée: en quarante ans de travail, nous avons mis en place une approche, des méthodes et des concepts efficaces, susceptibles d’être utilisés par d’autres analystes sur d’autres espaces, pour expliciter le sens qui y est inscrit.

SOMMAIRE

Préface

Introduction

La sémiotisation de l’espace, esquisse d’une manière de faire

Définition syntaxique du Topos

Les Parcours

Présupposés sémiotiques de la notion de limite

La Centrale Montemartini

Palmyre, le sens des transformations urbaines

Articuler le temps à Tadmor-Palmyre

L’Université de Vilnius, exploration de l’architecture et des plans

En guise de clôture

Extrait de la Préface

Il y a deux types de démarches et de pratiques, deux manières de faire, deux styles sémiotiques : le classique et le baroque, le sérieux et le rêveur.… À l’intérieur de la petite république des sémioticiens, Manar Hammad l’intransigeant est pour nous l’incarnation même de la Vertu, celle des Romains, entendue comme disposition constante à tenir son cap envers et contre tout. Pour lui, « sémiotiser », c’est mettre de l’ordre, mettre en ordre ce qui a priori échappe à l’entendement, en postulant qu’il n’est rien qui ne réponde à quelque nécessité. Il y a là de toute évidence un très fort engagement d’ordre éthique autant que cognitif. Face à toute chose, infatigablement en quête des régularités qui doivent en commander le sens, et fasciné par la beauté des constructions – théoriques aussi bien que spatiales – qui tiennent debout toutes seules dans leur objectité, notre auteur est bel et bien un fou de raison ! Il faut absolument le lire.

Eric Landowski

Présentation de l’auteur

Né à Beyrouth en 1944, Manar HAMMAD suivit des études de mathématiques, d’architecture et de sémiotique, s’engageant rapidement dans la voie de la recherche et de l’enseignement. Après un diplôme d’architecte DPLG et une thèse de doctorat (Méthode d’analyse sémiotique des documents dessinés en architecture), il met en place une nouvelle approche sémiotique de l’espace architectural, épistémologiquement déterminée par un point de vue anthropolgique, méthodologiquement caractérisée par le recours aux structures narratives et par la mise en évidence des rapports modaux conditionnant l’utilisation de l’espace.

412 pages, 218 illustrations en couleur.

ISBN  978-2-7053-3907-4

Prix     38 Euros

Editions Geuthner

16 rue de la Grande Chaumière

75006 Paris

Tel : 0146347130

www geuthner.com

Librairie PICARD & EPONA

82 rue Bonaparte 75006 Paris

01.43.26.40.41

Du mardi au samedi de 10h30 à 19h

www.librairie-epona.fr

http://www.editions-picard.co

Publication: Je sais bien mais quand même

De quels ciels tombent nos histoires ? Comment oublions-nous volontairement de quel bois sont faits nos récits ? Qui dupe qui ? Pourquoi les images sont-elles de belles légendes ? La croyance est-elle une intelligence ? Cet essai raconte une histoire : celle des langages qui jamais ne sont tombés du ciel. Ni du ciel des anciens avec leurs cohortes de dieux, ni du ciel de nos réels contemporains si bien construits par nos médias. Une histoire et une sémiologie des rapports de l’homme à ses langages révèlent notre grande capacité à oublier la part terrestre, politique et sociale des textes et des images que nous partageons. La croyance, face aux images et aux médias, c’est cela : oublier volontairement et provisoirement les langages, leurs auteurs, leurs contextes, leurs rhétoriques, leurs généalogies, leurs circulations, et les prendre tels quels. C’est à ce prix que nous pouvons nous raconter nos légendes.